Le vieil Ermite de Saint-Paul avançait de plus en plus profondément dans l’opaque forêt de conifères de la Seigneurie de Lavaltrie, tout en suivant le cours sinueux de l’Outaragasipi (rivière L’Assomption). De plus en plus profondément dans l’opaque forêt, à la recherche d’une solitude de plus en plus grande…

Il ponctuait de croix de pèlerinage terrestre : la croix ombrant toujours ses pauvres cabanes successives. Cinq croix. Cinq stations.

Du bas de la rivière jusqu’aux sites où s’élèveront plus tard les deux chapelles et les deux églises du village de l’Industrie : les chapelles Saint-Joseph et Notre-Dame-de-Bonsecours, la première et deuxième église paroissiale (la cathédrale actuelle).

L’existence de l’Ermite de Saint-Paul est révélée pour la première fois, en 1842, à l’occasion de la bénédiction de la première église du village de l’Industrie (village fondé par Monsieur Barthélémy Joliette en 1823) par Monsieur l’abbé Joseph-Marie Bellenger. Ce prêtre avait été curé dans la paroisse de la Conversion de Saint-Paul de Lavaltrie de 1819 à 1829. Il aurait, paraît-il, tracé les plans de la décoration intérieure de l’Église, plans que devaient exécuter Chrysostome Perrault, puis Pierre Guibord.

Qui était cet ermite sur lequel aurait veillé attentivement le Seigneur de Lavaltrie ? Était-il son parent? Était-il un ami? Se nommait-il vraiment Jean-Baptiste Houle comme le prétendait Joachim Bazinet, qui l’aurait connu ? Où était-il né? Pourquoi avait-il choisi une vie érémitique, une vie de solitude? Où était-il décédé? Dans sa modeste cabane vers les années 1773? Ou en juin 1807, à Saint-Paul, chez un monsieur Beaudry qui l’aurait recueilli et hébergé?

Deux contes devaient naître de la légende de l’Ermite de Saint-Paul. Le premier, en 1878, par Monsieur l’abbé Joseph Laporte. Le deuxième, en 1942, par le Père Gustave Lamarche, c.s.v., de l’Académie Canadienne-Française.

C’est ce dernier texte que Monsieur Raymond LeMieux présente en un coffret, accompagné de cinq sérigraphies. Heureuse initiative à l’occasion du bicentenaire de fondation de la paroisse de la Conversion de Saint-Paul de Lavaltrie.

– Marcel Charron-Ducharme